image-jarod-cover-album-caméléon

Interview Punchline – Jarod : « Dawala, c’est quelqu’un que je respecte et ça ne changera pas. »

Pour la sortie de son album Caméléon, Jarod de la neuvième zone nous a accordé un interview punchline comme on sait les faire. Après MOH, ou encore FK, c’est au rappeur le plus roux du rap game de passer notre test. Tu connais les bayes ma gueule.

« Si j’avais voulu signer chez Sony, j’l’aurais fait depuis longtemps, sale tho-my. » A la Fuck you – Gonzo

Aujourd’hui tes en indépendant, tu fais tes propres choix? Pourquoi ?

Parce que j’ai pas forcément rencontré la structure qui comprenait totalement ma musique, à part Musicast dans la distribution, mais au niveau des majors, j’ai fait beaucoup de rendez-vous, je ne suis pas fermé car c’est du business. Des majors nous ont contacté, on en a contacté, et je n’ai jamais trouvé l’alchimie. Juste dans les rendez-vous, j’ai compris que les gens que j’avais en face ne comprenait pas forcément mon concept. Je n’ai pu compter que sur moi-même. Et puis aujourd’hui, moi et mon équipe savons accomplir un certain travail ; on sait faire des clips, organiser des événements, faire de la promo, Juliette s’occupe de nous. En vrai, on a notre structure à nous qui fait qu’on s’en sort assez bien. Et puis, il faut que ce soit une valeur ajoutée si je signe, car on m’a déjà reproché à l’époque, comme quoi chez Wati B, j’avais voulu signer chez Sony, peut-être pour me décrédibiliser. Si j’avais voulu signer, je l’aurai déjà fait, à l’époque, ils n’attendaient que ça. mais je ne l’ai pas fait, par soucis d’avoir le contrôle sur ma musique.

« Et si Billal était dehors il serait content de voir

Que je m’approche de mon but, et que je sors moins le soir

J’vends plus de drogue mais je big up à celui qui vit de ça

Ainsi qu’a tous les vrais gava qui me soutiennent comme Limsa

Et j’espère être un bonhomme comme Abou Tall »

Et, Frappe préventive

Tu fais beaucoup de namedropping de non-célébrités, tu rend hommage à tes gens?

Les gens proches de moi, quand je cite quelqu’un, ça a un sens. C’est en rapport avec une chose, un trait de caractère de la personne à faite. Quand je parle d’Abou Tall en disant que c’est un bonhomme, pour moi c’est comme ça que je le considère parce que pour moi, il a fait des choses à un moment donnée qui sont vraiment très respectable, et j’ai voulu le dire dans mon morceau tu vois, comme un big up. C’est en rapport avec mon histoire.

Je chante avant tout pour moi et les gens qui me connaissent. Après oui le grand public ne connait pas forcément ces gens, mais en tout cas, les gens de notre ville et de L’ile de France savent de quoi on parle, mais après c’est de la musique, c’est de l’art, je fais comme ca sort sans réfléchir vraiment.

« J’ai rayé d’la liste mes anciens potes qui passent aux aveux » #PPFF, Freestyle.

Pourtant, tu parles beaucoup de potes traites.

Justement, je me bat tous les jours contre cette mentalité d’aujourd’hui, qui veut faire croire qu’on est ou noir ou blanc. Il y en a certains qui sont des gros traitres, mais j’ai des potes ultra loyaux et qui sont des hommes à mes yeux. Et je pense que c’est dans la vie de tout le monde. C’est la logique, dans tout être humain, il y a du bon et du mauvais. C’est normal en fait, c’est logique pour moi.

« Ça vient d’en bas, ça monte à la Dawala

Pour faire du flooz à la Dawala

On vient tout prendre à la Dawala

Faire des ous-s à la Dawala. »

Dawala, En attendant frappe préventive

Tu rends un hommage à Dawala, Qu’est-ce qu’il s’est passé entre vous ?

J’ai son numéro, il a le mien. C’est cool avec lui. Je lui ai dédié un morceau quand même. C’est quelqu’un que je respecte parce qu’il m’a mis le pied à l’étrier. ce que je trouve grave, c’est que certaines personnes du label ont voulu faire croire que j’avais entourloupé Dawala pour me décrédibiliser, parce qu’ils étaient en embrouille avec moi. Pour essayer de lui faire croire que j’avais dis ci ou ça sur lui. Ensuite on a discuté parce que c’est un adulte comme moi, et en parlant, il a vite compris qui zigzaguait. Depuis, on a une très bonne relation. C’est pour aplatir tout ça que j’ai fait ce morceau aussi et montrer à tout le monde dans quel camp je suis. Dawala, c’est quelqu’un que je respecte, et jamais je ne dirai du mal de lui. Quand t’as fait un morceau ou tu big up quelqu’un, tu peux plus revenir en arrière. Du coup, Dawala, c’est quelqu’un que je respecte et ça changera pas.

« Tu connais les bails ma gueule »

Ca t’es venu comment?

Je l’ai sorti la première fois sur le morceau J’arrive. Il y avait l’instru j’ai lancé ça, et tout le monde me l’a dit. Ca rentre plus que tout le reste. Il y a des trucs que j’ai essayé de lancé comme gimmique, mais ce qui restait, c’est Tu connais les bails ma gueule. Donc c’est ma gimmique par défaut, je l’ai sorti un jour comme ça et c’est resté.

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Un avis sur l'article ?